Annonces légales

En suivant l'Yonne par le chemin de contre-halage depuis la confluence du ru d'Esmans vers le barrage(1), on ne peut manquer de remarquer une éolienne et son bâtiment des pompes.
A l'arrêt depuis des lustres, son histoire n'en est pas moins intéressante.

Constructeur

Ce type d'éolienne est inventé par Ernest-Sylvain Bollée (1814 - 1891) industriel manceau, et est destiné au pompage de l'eau(2).
Ayant fait l'objet d'un brevet en 1868, elle est produite au Mans de 1872 à 1933, à environ 350 exemplaires installés principalement en France. Petit à petit, ces éoliennes sont remplacées par des moteurs thermiques ou électriques, voire détruites. Il en subsiste une centaine. Quelques-unes unes fonctionnent encore après restauration(3).

Fonctionnement

Le vent traverse des déflecteurs statiques montés dans une structure circulaire fixe (le stator – repère A du schéma). Les déflecteurs dirigent les filets d'air perpendiculairement au plan de chaque aube de la roue motrice (le rotor – repère B du schéma) située derrière et sur le même axe horizontal que le stator. Le rendement de la machine est ainsi maximal.

Le secret du succès du mécanisme réside dans une petite hélice à 8 pales (le "papillon orienteur"), de 80 cm de diamètre, qui positionne la turbine dans le sens du vent en fonctionnement normal, diminue l'angle de l'éolienne au vent en cas de vent trop important et arrête la rotation en cas de tempête. Le stator, le rotor et le papillon orienteur sont installés sur une plate-forme circulaire portée par une colonne de fonte. Un escalier à spirale de 50 marches permet d'accéder à cette galerie de service.
Par des renvois d'angle et un axe logé dans la colonne de fonte, le rotor actionne les pompes situées dans un petit bâtiment au sol.
Les mouvements de l'éolienne sous l'effet du vent sont réduits par des haubans forgés.

Pas particulièrement puissantes, les éoliennes Bollée, fournissent rarement plus de 3 CV(4).
Pourtant l'attention portée aux détails, une bonne exécution et une construction robuste leur permettent de pomper l'eau à des profondeurs de 100 mètres et plus.
Le constructeur a un grand souci d’esthétique pour ses éoliennes. Les marches d’escalier sont faites de fonte nervurée et ajourée. La galerie de service a des balustres en fer forgé sur lesquels sont boulonnées les quatre lettres des points cardinaux (N, S, E, O), hautes de 30 cm en fonte de style art déco. Au sommet une girouette d’une longueur de près de deux mètres permet de repérer l'orientation du vent avec précision(5).

Le prix d'achat d'une éolienne comme celle de Cannes-Ecluse est de 3 400 francs de l'époque(6). Un seul monteur est nécessaire. Mais l'acheteur doit mettre à disposition un assistant, l'hébergement du monteur, le génie civil et le transport de la machine, le puits et le bâtiment des pompes. Aucun moyen de levage important n'est nécessaire, le montage par boulonnage des pièces se faisant à l'avancement sur un échafaudage. Il dure trois semaines environ.

L'éolienne de Cannes-Ecluse

Elle est installée dans les années 1897 - 1898 par Alexandre Jozon, alors maire de la commune et ancien propriétaire de la tuilerie(7).
Ses principales caractéristiques sont(8) :

Hauteur totale : 15 m
Diamètre du stator et du rotor : 2,5 m
Nombre de pales du rotor : 18
Nombre de déflecteurs du stator : 24
Poids de l'ensemble métallique (tête, colonne, escalier, haubans, pompe) : 3 500 kg     
Capacité d'élévation d'eau (pour un vent constant de 6 m/s – soit 21,6 km/h – et une hauteur de 25 m) : 0,65 m3 / h

Elle alimente en eau l'habitation d'Alexandre Jozon, via un réservoir intermédiaire installé dans le grenier, ainsi que les bassins du parc.
Elle fonctionne au moins jusqu'en 1931, date à laquelle l'adduction d'eau commence à Cannes-Ecluse. Jusque dans les années 1970, sa tête continue de pivoter sur elle-même avec un grincement terrible, plus personne n'ayant mis la moindre goutte d'huile dans les rouages depuis de nombreuses années.


  1. Le chemin est un cul de sac depuis sa fermeture dans les années 1960.
  2. Voir le site Internet des amis de l'éolienne Bollée : http://www.archivingindustry.com/Eolienne/index_fr.htm
  3. Dolus-le-sec (Indre-et-Loire), Esvres (Indre-et-loire), Cins-Mars-la-Pile (Indre-et-loire), ...
  4. 2 208 watts.
  5. La girouette de l'éolienne de Cannes-Ecluse a disparu.
  6. De l'ordre de 14 000 euros.
  7. La tuilerie a cessé de produire en 1892.
  8. Dans la gamme des éoliennes Bollée, il s'agit du type 1. Les types 2 et 3 sont respectivement 2 et 4 fois plus puissantes.