Annonces légales

De 1836 à 1982, les recensements de population comportent des listes nominatives donnant des renseignements précieux. En application de la loi "Informatique et liberté" seuls les recensements de 1836 à 1906 sont consultables sans restriction.
Le recensement de 1851 est d'autant plus intéressant qu'il donne en plus une analyse socio-économique. Il sert de base à ce qui suit.


Cannes (sans écluse)

En 1851, Cannes ne s'appelle pas encore Cannes-Ecluse (le mot Ecluse n'est ajouté qu'en 1886). D'ailleurs, l'écluse n'existe pas encore (la construction du barrage et de l'écluse a été décidée en 1846, mais les travaux ne commenceront qu'en 1860).
Le passage de l'Yonne se fait encore par le gué. Personne n'évoque la construction d'un pont dont la nécessité n'est pas avérée.
Par contre la voie ferrée est en service depuis peu(1). Elle ne comporte encore qu'une voie(2).

Le maire

Le maire est Louis Alexandre Jozon, élu en 1843, qui a déjà été maire de Voulx en 1835 – 1836. Il est notaire. Il restera maire de Cannes jusqu'en 1857.
C'est le gendre d'Etienne Lombard, le propriétaire de la tuilerie(3), qui fut maire de Cannes de 1830 à 1835 et de 1838 à 1843.
Son fils, Alexandre, qui sera maire de Cannes de 1871 à 1907, est né en 1836.

Les aristocrates

Deux familles aristocrates habitent Cannes : le comte Dulong de Rosnay et sa famille au château et le marquis de Tressan et sa famille à la "Maison Neuve" (l'actuelle mairie).
Mais ils n'y résident pas en permanence car leurs noms n'apparaissent pas dans les tableaux du recensement (leurs domiciles principaux sont à Paris).
 

Le curé

Le curé de Cannes est l'abbé Pierre Pascal Emmanuel Blanquet, né en 1808 à Bouchoir (Somme) et arrivé à Cannes en 1833 où il décédera en 1877.
Depuis deux ans son nom est gravé sur la cloche de l'église à côté du nom du maire. Il a commencé depuis peu le chantier de la restauration de l'église, qui durera une vingtaine d'années.
Au presbytère, il vit avec son père Jean-François et sa soeur Marie qui seront enterrés à ses côtés au centre du cimetière communal.
Cinq garçons sont en pension au presbytère.

La population en 1851

La commune comprend 153 maisons, 173 ménages et 598 habitants qui se répartissent comme suit :

Sexe masculin 306              Sexe féminin 292
Célibataires 150   Célibataires 125
Hommes mariés 138   Femmes mariées 137
Veufs 18   Veuves 30

Le maire note : "la population de Cannes a diminué de 23 habitants depuis le recensement de 1846. Cette diminution peut être attribuée au choléra (!) et à quelques émigrations."
La répartition par tranche d'âge donne la pyramide des âges suivante, très différente de celle de 2006 :

Un ménage comporte en moyenne 3,46 personnes et il est courant que les générations cohabitent.
La natalité est forte. Des familles de quatre enfants et plus ne sont pas rares, mais la mortalité infantile reste importante.

Par ailleurs, la population vieillit moins bien qu'aujourd'hui : le doyen de la commune n'a que 86 ans et la doyenne 83 ans. L'homme marié le plus âgé a 76 ans et la femme mariée la plus âgée a 78 ans.
On se marie entre 20 et 30 ans pour les hommes et entre 20 et 27 ans pour les femmes. Peu de personnes restent célibataires au-delà de ces âges (5 hommes et 5 femmes, dont le curé et sa soeur, "qui ne sont pas du village"). On ne trouve pas de famille dont les parents ne sont pas mariés officiellement. Mais au moins un couple est géographiquement séparé(6).

Tous les habitants sont notés comme étant des catholiques romains et on a accueilli un allemand(7)et un polonais(8). L'origine des autres cannois n'est pas indiquée, car en très grande majorité, "ils sont d'ici", comme on dit. Ils sont cannois, de parents cannois(9).

Les cases "Mendiants et vagabonds", "Détenus", "Filles publiques" et "Infirmes vivant dans les hospices" sont vides. On note cependant 2 aliénés à domicile et 19 malades, sans qu'on connaisse la gravité ou la nature de leurs maladies.

Répartition socioprofessionnelle

Les tableaux suivants donnent une répartition de la population de Cannes, selon la trame de l'administration, qui laisse beaucoup de place à l'interprétation par les agents recenseurs.

La population active s'élève donc à 272 personnes dont 172 dans des conditions précaires, comme journalier ou domestique. Les tableaux donnent peu d'information quant au lieu de travail, mais tout laisse à penser que les cannois travaillent à Cannes (sauf les quelques employés du chemin de fer).

70% des actifs (189 personnes) travaillent la terre dans six fermes(13).

Les artisans, commerçants et leurs employés sont au nombre de 65 (23% des actifs). Ils couvrent des spécialités très variées : tuiliers, maçons, meuniers(14), commerçants, tisserands, cordonniers, charcutiers, couturiers, sabotier, charron, peintre-vitrier, …

Les 8 membres des professions qualifiées de libérales (en fait le secteur tertiaire) sont l'instituteur, le curé, les deux "cantonniers de route", les quatre employés du chemin de fer.

Seulement 103 femmes exercent une activité reconnue ; encore ne trouvent-elles leur place qu'à la ferme, ou comme domestique, ou dans les métiers de l'habillement. 61 autres femmes sont réputées vivre "du travail ou des revenus de leurs maris".

L'analyse des noms des familles de 1851 et des recensements précédents montre de faibles mouvements de population. Quelques grandes familles fournissent une grande partie de la population et se marient entre elles.

En 1851, l'arrivée du chemin de fer en 1849 n'a pas apporté de changement dans le village puisque, malgré plusieurs demandes de la commune, aucune halte n'a été construite. Le village n'a pas encore été touché par le début de l'industrialisation et ne connait que très peu l'exode rural.

 

  1. La ligne a été inaugurée le 12 août 1849 par le Prince-Président Louis-Napoléon, le futur Napoléon III.
  2. Elle passera à deux voies en 1922 et à quatre voies en 1937 et sera électrifiée en 1950.
  3. La tuilerie est au bord de l'Yonne, après la ferme du Moulin, en venant de Montereau, au niveau des n°1 et 3 de la rue Alexandre Jozon actuelle.
  4. Ecartelé: au 1 d'or un dextrochère d'azur, tenant un guidon du même; au 2 de sinople à un pont rompu d'or; au 3 de pourpre à la croix ancrée d'or; au 4 d'argent à un canon de gueules à senestre, braque sur un château du même a dextre : en quatre parties : en 1, sur fond jaune, un bras bleu portant un drapeau bleu ; en 2, un pont détruit jaune sur fond vert ; en 3, une croix ancrée jaune sur fond violet ; en 4, sur fond blanc, à droite, un canon braqué sur un château. Couronne de comte.
  5. D'argent au chef de gueules, chargé de trois coquilles d'argent ombrées de sable : blanc, le haut rouge avec trois coquilles blanches avec ombres noires. Couronne de marquis.
  6. On compte 138 hommes mariés pour 137 femmes mariées.
  7. Même si la désignation officielle du formulaire de recensement est "allemand", il est noté comme "saxon" par le maire (la création de l'Allemagne en tant qu'état ne date que de 1871). Il est célibataire et compagnon tailleur (couturier).
  8. Mais il est né en France et il a épousé une française. Il travaille au chemin de fer.
  9. Les recensements de la première moitié du 19ème siècle montrent une grande stabilité des familles. C'est seulement en 1872 qu'on commence à noter l'origine géographique des cannois. Cette année-là, 62 % des 644 habitants sont nés dans le village.
  10. Y compris les garde-barrières et le passeur du gué.
  11. En fait, les personnes âgées dépendant de leurs enfants.
  12. Les cinq pensionnaires du curé.